CONSEILLER
Accueil  >  Toutes nos publications
    Voir l'agenda Voir toutes les vidéos

SEPH - Semaine pour l’Emploi des Personnes Handicapées

Voir les publications

Voir les enquêtes

Voir les bilans d'activité

Voir
 

(39 articles)     <<   < précédent   1   2   3   4   suivant >   >>
LE RECOURS A L’INTERIM D’INSERTION POUR LES PERSONNES HANDICAPEES
08/04/2013 [Publications] Lire la suite ...
Pour répondre à leur obligation d’emploi de travailleurs handicapés, les entreprises ont cinq solutions à leur disposition : l’embauche directe, l’appel au milieu protégé, l’accueil de stagiaires, la mise en place d’un accord avec la DIRECCTE, et le versement de la contribution (conformément à la loi Handicap du 11.02.2005).
Toutefois, au travers de la loi Handicap, le législateur a souhaité affirmer que l’embauche directe de personnes handicapées, reste la priorité. Outre le bénéfice de pouvoir s’adjoindre des compétences de nouveaux salariés, les modalités de calcul des unités bénéficiaires sont plus favorables en ayant recours à l’embauche de personnes handicapées. L’embauche peut se faire quelque soit le type de contrat, CDI, CDD, contrat de professionnalisation, contrat d’apprentissage, et mais aussi l’intérim.

L’entreprise de travail temporaire d’insertion a pour activité exclusive l’insertion professionnelle des personnes en difficulté - bénéficiaires de minima sociaux, demandeurs d’emploi de longue durée, travailleurs handicapés… - auxquelles elle propose des missions auprès d’entreprises « utilisatrices », mais également un suivi et un accompagnement social et professionnel, pendant et en dehors des missions.
OVALIE est la première entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI) en France, spécialisée dans le placement des travailleurs handicapés. 95% des intérimaires détachés en entreprise par OVALIE ont le statut de travailleurs handicapés. Une telle ETTI répond à la fois à un besoin des travailleurs handicapés, et des entreprises qui manquaient d’outils jusqu’à présent. Le contrat d’intérim sécurise le chef d’entreprise en proposant des contrats d’un jour à trois ans et des pré-embauches.
Préserver l’emploi de collaborateurs handicapés en situation d’inaptitude à leur poste de travail : le Rôle du Sameth
28/03/2013 [Publications] Lire la suite ...
« Au cours de sa vie professionnelle, une personne peut être menacée dans son emploi du fait d’une situation de handicap suite à une maladie, un accident, une aggravation de son handicap ou une évolution de son cadre professionnel incompatible avec son handicap.
Pour y remédier, L’Agefiph a développé des Services d’Appui au Maintien dans l’Emploi des Travailleurs Handicapés (Sameth) dont la mission consiste à accompagner l’entreprise et son salarié ou le travailleur indépendant confrontés à une problématique de maintien dans l’emploi.
Le Sameth intervient pour toute situation individuelle dans laquelle une personne risque de perdre son emploi du fait d’une situation de handicap constatée par le médecin du travail.
Comment développer une politique « handicap » efficace en entreprise en s’engageant dans un accord agréé exonératoire ?
25/03/2013 [Publications] Lire la suite ...
Agnès Gerber fait un rappel de la réglementation en matière d’emploi des personnes handicapées :

« La loi fixe à tout établissement privé ou public d’au moins 20 salariés une obligation d’emploi de personnes handicapées de 6 % de l’effectif total. L’employeur a plusieurs alternatives à cette obligation légale qui permettent à chacune, quelque soit sa taille, d’être en phase avec la loi tout en s’adaptant facilement à leurs problématiques. Tel le recours à l’embauche de personnes handicapées, la sous-traitance avec le secteur protégé et adapté à hauteur de 50% de son obligation d’emploi au maximum, l’accueil de stagiaires de la formation professionnelle, le versement de la contribution,… et la signature d’un accord de groupe, d’entreprise, d’établissement ou de branche.
Au préalable d’une telle démarche, les services de l’Agefiph encouragent les employeurs qui souhaitent s’orienter vers la signature d’un accord, à s’adresser à elle, afin de poser les premières bases d’une réflexion préalable à la négociation d’un accord agréé exonératoire. Le recours à la prestation « accompagnement » du service Alther peut également venir accompagner l’employeur sur ces sujets. Le principe d’un accord est de permettre à l’entreprise d’être exonérée du versement de sa contribution. De ce fait, l’employeur prend sur ses propres ressources pour financer et se donner les moyens des actions à entreprendre afin de se mettre en conformité avec la loi et atteindre les objectifs fixés dans l’accord. Par ailleurs, elle ne peut plus bénéficier des aides et services que finance l’Agefiph, sauf si, sous accord, elle a atteint son quota de 6% de travailleurs handicapés. Toutefois, elles continuent de bénéficier des services du Cap emploi ainsi que des conseils des services Sameth et Alther.
Mais avant tout, il faut resituer les finalités d’un accord. Ce n’est pas qu’un moyen de s’exonérer du versement de la contribution à l’Agefiph mais c’est surtout, un outil pour mettre en œuvre une réelle politique « handicap » dans son entreprise, en se donnant les moyens de la piloter et d’atteindre les objectifs fixés au travers de l’accord, voire de les dépasser. Ainsi, les réussites et les avancées sont notables au sein de l’entreprise et la démarche engagée va au-delà d’un rapport binaire d’une entreprise avec la loi. Elle concourt à développer un esprit d’entreprise, de la cohésion au sein des équipes, des valeurs partagées, des buts communs à tous les salariés, soutenus par la direction, de la « valeur ajoutée » dans son travail et du sens à ses actions. Une démarche gagnant / gagnant !»
Pourquoi se faire reconnaître « travailleur handicapé » ? Parler de son handicap à son employeur ?
20/03/2013 [Publications] Lire la suite ...
Certains avantages fiscaux peuvent également être accordés en fonction du taux d’invalidité de la personne.
Nous encourageons le dialogue et la transparence : d’expérience, nous encourageons les personnes à informer leur employeur de l’obtention de ce statut. L’informer, c’est également engager un dialogue avec ce dernier sur des aspects auxquels l’employeur n’aurait pas pensé, par déficit d’information. Il faut également souligner l’intérêt d’informer le médecin du travail afin que soient pris en compte les restrictions éventuelles d’aptitude au poste, au moment de l’embauche et non pas après, lorsque c’est trop tard ! Les solutions et aides qui existent sont mobilisables le plus souvent au moment de l’embauche ou en amont. Il est plus difficile d’intervenir après lorsque le problème est déclaré. Souvent parce qu’il est trop tard et également car le problème peut être vécu par l’employeur comme un élément de rupture du rapport de confiance avec son salarié.»
Handicap : de quoi parle-t-on ?
15/03/2013 [Publications] Lire la suite ...
Action et Compétence Alsace, Handicap : de quoi parle-t-on ?En France, nous dénombrons 41 millions de personnes concernées par un handicap dont 2.5 millions de personnes bénéficiaires de l’obligation d’emploi. Parmi des dernières, 48% ont une déficience motrice, 14% une déficience psychique, 13% une déficience sensorielle, 7% une déficience intellectuelle et 18% d’origine diverses. Le taux d’activité des personnes handicapées n’est que de 46% contre 71% pour l’ensemble des personnes actives, ce qui traduit un taux de chômage plus élevé pour ces personnes que pour les personnes valides. D’où une mobilisation plus importante. Par ailleurs, la France a fait le choix de légiférer le handicap au travers de la loi Handicap qui a été réformée en février 2005. Cette loi a réaffirmé l’obligation pour les employeurs publics et privés qui ont un effectif égal ou supérieur à 20 salariés, à avoir un quota de 6% de personnes handicapées. Plusieurs alternatives s’offrent à elles pour s’en acquitter, dont le recours à l’embauche de personnes handicapées. Toutefois, afin de faire valoir leurs efforts dans ce domaine, les employeurs sont dans l’obligation de déclarer les salariés qui ont une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, indépendamment de la nature du handicap. Ainsi, l’obtention de la reconnaissance est un des moyens pour faire valoir des aides, des appuis et des services spécialisés qui peuvent sécuriser la personne handicapée dans son emploi ou faciliter sa réintégration dans le monde du travail. Cela permet notamment de mobiliser les aides et dispositifs financés par l’Agefiph. Pour vous accompagner, l’Agefiph met à votre disposition des aides et prestations destinées à faciliter le recrutement, l’intégration et le maintien dans l’emploi de collaborateurs handicapés. Ces prestations sont prescrites par deux partenaires-services de l’Agefiph : les Cap Emploi et les Sameth, présents dans chaque département et interlocuteurs privilégiés des employeurs. Elles sont assurées par des professionnels qui apportent conseil et expertise sur les différentes situations de handicap (moteur, visuel, auditif, intellectuel et psychique) mais interviennent également en matière d’aménagement de situation de travail organisationnel et technique. L’ensemble de ces dispositifs visent à lutter contre l’amplification du chômage des personnes handicapées et éviter la désinsertion professionnelle de ces dernières.
LE MAINTIEN DANS L’EMPLOI : des solutions actives pour l'entreprise
11/02/2013 [Publications] Lire la suite ...
Le législateur a confié à l’Agefiph, association loi 1901, la mission de développer l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises du secteur privé.

Partenaire de la politique de l’emploi menée par les pouvoirs publics, l’Agefiph initie, développe et soutient tout service et aide utiles à l’accès à l’emploi ou au maintien dans l’emploi des personnes handicapées.

A ce titre, l’AGEFIPH poursuit trois objectifs principaux :

• La formation des demandeurs d’emploi handicapés,
• La qualité de l’accompagnement et du conseil,
• Une meilleure prise en compte des besoins des personnes handicapées éloignées de l’emploi.

Au cours de sa vie professionnelle, une personne peut être menacée dans son emploi du fait d’une situation de handicap, suite à une maladie, un accident, une aggravation de son handicap ou une évolution de son cadre professionnel.
Comment développer une politique handicap efficace en entreprise ?
01/02/2013 [Publications] Lire la suite ...
La Journée de la diversité : 6 décembre 2012 à l’AGIPI à Schiltigheim

Table ronde : Comment développer une politique « handicap » efficace en entreprise ?

Après avoir annoncé le thème et présenté les différents invités [1], Agnès Gerber a commencé par faire un rappel de la réglementation en matière d’emploi des personnes handicapées : « La loi fixe à tout établissement privé ou public d’au moins 20 salariés une obligation d’emploi de personnes handicapées (6 % de l’effectif total) ». Elle a également présenté des alternatives à cette obligation légale qui permettent aux plus petites entreprises d’être en phase avec la loi tout en s’adaptant facilement à leurs problématiques (et notamment faire appel à un ESAT/CAT à hauteur de 50% de son obligation d’emploi au maximum, à défaut de pouvoir embaucher par exemple). Ainsi en Alsace, 80% des personnes handicapées sont embauchées dans les TPE/PME.
Elle a ensuite abordé le sujet délicat du projet de sur pénalisation, censé sanctionner les entreprises qui ne seraient pas en règle au bout de 3 ans. Commence ensuite le début des témoignages.
Palmarès Prix concours photographies EA/ESAT IMS ALSACE soirée 12 novembre 2012
27/12/2012 [Publications] Lire la suite ...
« Concours de photos réalisés par les établissements de travail adaptés et protégés de la région Alsace pour mettre en valeur le handicap et la diversité ». Ce concours de photos a été réalisé par IMS Entreprendre Alsace, avec le soutien financier de l’Agefiph. Les messages véhiculés visent à lutter contre les préjugés du handicap.
Communication de l'UNEA sur le pacte pour l'emploi et le pacte de professionnalisation en EA
27/12/2012 [Publications] Lire la suite ...
« Le Cap emploi Alsace s’inscrit dans la démarche de soutien du Pacte pour l’Emploi des Personnes Handicapées en Entreprises Adaptées. Ce Pacte est initié par l’UNEA sur l’ensemble du territoire national. Agnès GERBER »

« Le 22 décembre 2011 dernier, le Premier Ministre François Fillon signait le Pacte pour l'emploi des personnes en situation de handicap en entreprises adaptées, en présence de l'UNEA et des principales associations et fédérations impliquées.Cet engagement avait été annoncé par le Président de la République le 8 juin dernier, lors de la Conférence nationale du handicap. Ce pacte, qui porte sur la période 2012-2014, consolide la reconnaissance du secteur adapté comme un acteur légitime dans l'économie française, enjeu professionnel et social indispensables pour les personnes en situation de handicap. Il faut rappeler que plus de 250 000 travailleurs handicapés sont aujourd'hui au chômage et que leur niveau de qualification est très faible (égale ou inférieure au niveau 5 selon Pôle emploi)...»
Une année 2013 qui commencera sur des chapeaux de roues pour la Mairie de Colmar…
26/12/2012 [Publications] Lire la suite ...
En ce jeudi 20 décembre 2012, la Mairie de Colmar inaugure les emplois d’avenir en recrutant dès le 1er janvier 2013 six jeunes personnes en emploi d’avenir et une personne en contrat unique d’insertion. Ces jeunes se voient proposer un contrat de 36 mois dont l’objectif est de leur permettre de remettre le « pieds à l’étrier » en bénéficiant en parallèle du contrat de travail d’un accompagnement professionnel afin de garantir une insertion professionnelle durable à l’issue.
Parmi ces sept personnes, deux sont bénéficiaires de la reconnaissance en qualité de travailleur handicapé.
(39 articles)     <<   < précédent   1   2   3   4   suivant >   >>

Action et Compétence, Association régionale de droit privé à but non lucratif, conventionnée par le Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité et par l' AGEFIPH
siège social : 140 rue du Logelbach - 68000 COLMAR Tél. : 03 89 41 88 12 - Fax : 03 89 41 47 97